Histoire de la protection de la nature et de l’environnement
Accueil du siteSauvegarde des archives Archives environnementales dans les pays voisinsArchives de la PNE en Italie
Dernière mise à jour :
mercredi 30 août 2017
Statistiques éditoriales :
161 Articles
4 Brèves
18 Sites Web
43 Auteurs

Statistiques des visites :
1969 aujourd'hui
2997 hier
2968001 depuis le début
     
Les archives de l’histoire de la protection de la nature en Italie
Compte rendu de la conférence de Santa Capua Vetere du 9 mai 2013
mercredi 19 février 2014
par Luigi Piccioni
popularité : 15%

La sauvegarde de la mémoire des mouvements associatifs et des politiques pour la protection de la nature, parce qu’elle concerne depuis des décennies, des phénomènes importants tant sur le plan culturel que politique, mérite que l’on y prête attention. En effet, que ce soit pour les écologistes ou pour les gestionnaires de politiques environnementales, il est souvent décisif de connaître les événements historiques qui ont conduit à la situation actuelle.

C’est précisément sur cette mémoire et les moyens de sa conservation, dont principalement les archives, qu’a été consacrée, le 9 mai 2013 à Santa Maria Capua Vetere, la conférence intitulée « Quelles sont les sources pour l’étude de l’environnement ? ». Ainsi qu’indiqué dans le titre, la conférence a également abordé les questions environnementales au sens large, mais la protection de la nature s’y est taillée la part du lion.

Dans la première partie de la rencontre, Mariagrazia D’Emilio a illustré l’importance croissante de l’échantillonnage de l’eau et de l’air pour l’étude de la pollution. De son côté, Alberto Malfitano a décrit le type de sources qui se révèlent les plus utiles pour reconstituer l’évolution de la question de la montagne en Italie au cours des deux derniers siècles et Federico Paolini a abordé la problématique des données quantitatives concernant l’environnement en illustrant la façon dont les documents peuvent être utilisés pour construire des indicateurs viables dans la durée.

La plupart des rapports présentés, toutefois, concernait les archives de la protection de la nature comme moyens de conservation de la mémoire historique et des sources documentaires pour la recherche. Sur ce plan, la conférence a évoqué le travail tenté ces dernières années par certains chercheurs et militants pour encourager la conservation et l’amélioration des sources de l’histoire de la protection de la nature en Italie.

Giorgio Nebbia, qui est le principal instigateur de ce travail, a une nouvelle fois présenté trois questions qui lui tiennent à cœur :

. comment délimiter le champ de la recherche ?

. qui sont les protagonistes de la protection de la nature ?

. quelles sont les sources de cette histoire et où doivent-elles être détenues ?

A ces questions, Georges Brouillard a suggéré des réponses partielles, mais qui peuvent être considérées comme un véritable programme de travail. Ce n’est pas un hasard si son intervention a été complétée par deux grandes listes de thématiques et de personnalités sur lesquelles la recherche devrait se concentrer.

Luigi Piccioni, quant à lui, a préféré décrire ce qui s’est fait en France au cours des dernières années, principalement au travers des activités du service des archives du ministère de l’Ecologie et des initiatives de la jeune Association pour l’histoire de la protection de la nature et de l’environnement (Ahpne). Dans un climat de dialogue et de coopération avec le ministère de l’Ecologie, l’Ahpne a lancé une campagne pour la conservation et la mise en valeur des archives de la protection de la nature, tant publiques que privées. Les principaux résultats obtenus à ce jour sont le versement d’une série de fonds importants de provenance publique aux Archives nationales, un projet de conservation et de valorisation des archives d’origine privée et associative au plan local en collaboration avec les Archives départementales et un recensement des fonds documentaires appartenant aux associations qui adhèrent à la fédération « France Nature Environnement ». Ces expériences sont précieuses pour ceux qui, comme les historiens et les écologistes italiens, tentent pour la première fois de lancer un débat sur le sujet. Les plus grandes motivations viennent, cependant, du témoignage de ceux qui - en dépit de nombreuses difficultés - ont réussi au cours des dernières années à recueillir, conserver et rendre accessibles des fonds documentaires relatives à la protection de la nature en Italie.

Parlant des difficultés rencontrées par l’Ahpne et France Nature Environnement pour sensibiliser les acteurs associatifs à la sauvegarde et à la valorisation de leurs archives, Luigi Piccioni a souligné que même de grandes associations italiennes telles que WWF, Legambiente, Italia Nostra, ont décliné l’invitation des organisateurs de la conférence pour présenter leurs documents historiques. Ce qui laisse entendre que ces documents ne sont pas stockés correctement ou plutôt que le mouvement associatif italien n’a pas encore pris suffisamment conscience de l’importance du problème. Au contraire, la Fondation Micheletti de Brescia, le Parc National des Abruzzes, Latium et Molise et les Archives Antonio Cederna, constituent trois cas exemplaires d‘intérêt et d’engagement pour la conservation des archives.

Marino Ruzzenenti a expliqué comment la Fondation Micheletti s’est fixée comme objectif, depuis des années, de recueillir des archives privées condamnées à disparaître parce qu’elles ne peuvent être conservées dans leurs sites d’origine et/ou parce qu’elles ne sont pas considérées comme intéressantes par d’autres institutions. Cet effort a conduit la Fondation à accueillir une quinzaine d’archives privées de tailles différentes, appartenant à des acteurs de l’histoire de la protection de la nature et de l’environnement en Italie, dont notamment George Brouillard, Laura Conti, Dario Paccino, Mario Fazio, Gianfranco Amendola, Giovanni Francia et Walter Ganapini. Seule une partie de ces fonds est bien classée et répertoriée, mais tout le matériel est conservé avec soin et la Fondation continue de recevoir des versements et d’inciter les détenteurs d’archives à en faire don. De cette façon, Les archives de Brescia sont aujourd’hui en Italie le plus grand dépôt de documents d’archives relatives à la protection de la nature, l’environnement et l’écologie politique. La richesse de ces fonds se vérifie dans de nombreux articles publiés par la Fondation Micheletti dans le magazine en ligne Altronovecento, Ambiente Tecnica Società, l’un des rares magazines sur l’histoire de l’environnement en Italie.

Le directeur du Parc National des Abruzzes, Darius Febbo, et le Dr Paola Tollis, ont présenté une expérience plus récente, mais toute aussi importante : l’hébergement, l’inventaire et la mise à la disposition du public des archives du parc sur la période 1921-1951. Le précieux matériel était intact en totalité et avait déjà été utilisé par divers chercheurs, mais il était stocké en vrac dans le sous-sol du parc. Grâce à un accord avec la direction des fonds d’archives des Abruzzes, toutes les cartes ont été triées, inventoriées et placées dans un site approprié à Villetta Barrea, où elles seront cet été à la disposition du public, tandis que leur inventaire sera mis en ligne sur le site Web du parc. Cette opération est cependant considérée par l’administration du parc comme la première étape d’un processus destiné à rendre accessible tous les documents d’archives du parc jusqu’en 1990, ainsi que la bibliothèque de la presse et la photothèque, en ayant recours également aux présentations en ligne. Ce sera le premier exemple italien d’une aire protégée qui classe, valorise ses documents historiques et les met à la disposition du grand public.

A l’inverse, les Archives Cederna Antonio, installées à Rome près du site archéologique de Capo di Bove, le long de la Via Appia Antica, qui ont recueilli l’héritage impressionnant du grand journaliste et protectionniste milanais (1921-1996), sont dans une situation particulièrement enviable car bien ordonnées et soigneusement cataloguées. Epaulées par la bibliothèque Cederna, elles sont facilement accessibles et desservies par un excellent site Web. Dans son rapport, Bartolomeo Mazzotta ne s’est pas limité à décrire l’organisation de ces archives, il a également dressé un profil fascinant de Cederna à travers les archives conservées qui constituent un fonds documentaire exceptionnel pour l’étude de la protection des ressources environnementales, et du paysage culturel de l’Italie, depuis la fin des années quarante jusqu’à la fin des années quatre-vingt-dix.

Avec le soutien de la ville de Santa Maria Capua Vetere, et en particulier du conseiller à l’environnement Donato Di Rienzo, sera publié d’ici fin 2013 un volume contenant non seulement les textes des communications présentées à la conférence, mais aussi une première tentative de recensement des sources d’archives sur l’histoire de la protection de la nature et de l’environnement en Italie.

 
Documents joints à cet article :
Articles de cette rubrique
  1. Les archives de l’histoire de la protection de la nature en Italie
    19 février 2014