1971 - 2021 : Les 50 ans du ministère
de l'environnement

Présentation

Historique

Thématiques

Carte

Galerie

Ressources

Actualités
MENU


Fonds "Sologne Nature Environnement", 1984-2018

Précedent Suivant

Dossiers conservés dans les locaux de l’association

inventaire d’archives (format pdf - 114.8 ko - 03/01/2019)

1. Zone d’identification
1.1. Type d’entité
Association
1.2. Forme autorisée du nom
Sologne Nature Environnement
1.3. Autre forme du nom
SNE.
2. Zone de la description
2.1. Dates d’existence
1984 - aujourd’hui
2.2. Histoire
Sologne Nature Environnement (SNE) est une association fondée en 1984 par un petit groupe de naturalistes mobilisé contre un gros projet touristique à Saint-Viâtre (projet de l’Arsenderie - Étang du Galop). SNE élit son premier Conseil d’Administration (11 membres) lors de l’Assemblée générale du 4 février 1984. Alain Beignet en est le premier président. Le siège social se situe alors au Centre d’Accueil et de Loisirs de Nouan-le-Fuzelier. À la fin de l’année, l’association compte une centaine d’adhérents. Dès l’année 1984, se met en place un groupe ornithologique avec pour objectif annoncé la réalisation d’un atlas des oiseaux nicheurs de Sologne et un groupe botanique dont l’objectif est de constituer un atlas des plantes rares et localisées en Sologne (le départ des botanistes verra cesser ce travail en 1988). S’élabore ainsi en décembre 1984, le premier suivi en Sologne de la migration des grues cendrées sur l’axe Sully-sur-Loire – Lamotte-Beuvron. En parallèle, l’importance des milieux aquatiques de la Sologne incite certains naturalistes à s’intéresser aux odonates et en particulier aux libellules. Un inventaire est alors envisagé. Dès sa création, SNE s’attache à la diffusion des connaissances et à la sensibilisation des publics à la protection de la nature et de l’environnement. Ainsi, un bulletin trimestriel « Sologne Nature Infos » voit le jour afin d’informer les adhérents au sujet des activités de SNE, l’association élabore en partenariat avec l’Union pour la Culture Populaire en Sologne (l’UCPS) un projet de maisons à thèmes sur l’ensemble de la Sologne ainsi qu’un balisage écologique des étangs sur les communes de Marcillyen- Gault et de Saint-Viâtre. La même année se tient à Nouan-le-Fuzelier le premier salon du champignon en collaboration avec le Centre d’Animations et de Loisirs local au cours duquel sont décomptés plus de 3000 visiteurs.
En 1985 SNE voit l’arrivée de son premier animateur, en tant qu’objecteur de conscience et une employée en contrat TUC (Travaux d’Utilité Collective), comme secrétaire administrative. Concernant les activités, l’association s’associe à la mise en place une commission « Agriculture-tourisme-Environnement », afin de développer un partenariat positif avec les agriculteurs. Les herpétologues de SNE commencent la réalisation d’un inventaire des reptiles et batraciens de la Sologne afin de constituer la base d’un atlas pour la région Centre. L’association entreprend également à cette période l’organisation de randonnées pour adultes (une vingtaine entre 1985 et 1986) et l’encadrement de plusieurs classes découvertes et des week-ends nature pour tous les âges.
En 1986, un second objecteur de conscience et un second TUC sont recrutés. Alain Callet devient président pour quelques mois.
SNE débute sa participation à de nombreuses études d’impact et à la surveillance des aménagements engagés dans le cadre de révision de POS (Plan d’Occupation des Sols) par les communes en raison de la décentralisation et de la déprise agricole. L’année 1986, voit ainsi l’implication de l’association dans le POS de Nouan-le-Fuzelier (suivront notamment des études d’impacts pour le POS Chaumont-sur-Tharonne en 1988, le projet de zone artisanale sur un site à protéger à Selles-sur-Cher en 1991, le tracé de l’autoroute A 85 en 1997, le diagnostic écologique de l’étang de la Brosse en vue de l’extension des installations de Gaz de France en 2001 ou les études biologiques du Centre de tri de Mur-de-Sologne en 2001 et de celle du Centre de stockage de déchets de St-Laurent- Nouan en 2007).
En 1987, le problème du financement fait irruption. SNE ne peut pas payer un permanent, les différentes subventions étant insuffisantes. Seuls des emplois aidés, TUC et Service national civil peuvent être provisoirement utilisés. Un inventaire ornithologique des forêts domaniales de Lamotte-Beuvron et de Boulogne est entrepris ainsi qu’une étude précise concernant la chronologie de la reproduction des anatidés. L’année 1987 correspond également à l’année européenne de l’Environnement. SNE organise alors des sorties ornithologiques auprès des étangs constituant l’échantillon de suivi pour réaliser l’inventaire et l’étude. L’association organise aussi de nombreuses autres activités, dont la présentation de l’exposition « Pour que vive la Nature », empruntée à Nature Centre (future France Nature Environnement Centre – Val de Loire), à Romorantin-Lanthenay, à Nouan-le-Fuzelier et à Lamotte-Beuvron dans le cadre du premier Festival International du film Chasse-Nature.
En 1988, SNE poursuit son travail au profit de la connaissance du patrimoine naturel de Sologne en continuant l’inventaire de ses richesses naturelles. L’association enquête ainsi sur le Vanneau huppé et sa raréfaction (l’oiseau paraît avoir des difficultés à nicher, sans doute à cause de la déprise agricole), atteste de la présence de la Loutre, de la Genette et du Castor et met ses connaissances au service des acteurs territoriaux en conduisant notamment un inventaire ornithologique sur le POS (Plan d’Occupation des Sols) de Chaumont-sur-Tharonne.
En 1989, le premier permanent salarié sur les fonds propres de l’association est engagé. SNE commence également à recevoir des subventions des communes, notamment de Romorantin-Lanthenay. L’association réalise un travail important en encadrant la découverte des milieux naturels. Ainsi, elle commence la mise en place de stages Nature pour les scolaires (dont un en liaison avec le magazine WAPITI) et intensifie l’organisation de sorties naturalistes (40 en 1989 – 45 en 1990), notamment en direction des étudiants et des universitaires.
En 1990, le budget prévisionnel atteint 570 000 francs, ce qui devait permettre de financer un Directeur, un animateur et une secrétaire. Cependant, l’aide de l’État, promise, est gelée. Malgré ces difficultés financières, SNE poursuit ses études et enquêtes naturalistes (étude du stationnement hivernal du Grand Cormoran, en liaison avec l’Institut d’Écologie Appliquée qui se poursuivra pendant plusieurs années, et réalisation d’une enquête pour la DRAE (Direction Régionale de l’Agriculture et d’Environnement) permettant d’évaluer les actions à entreprendre pour la préservation des paysages suite à la déprise agricole).
En 1991, SNE organise la première édition de la fête des saisons, au cours de laquelle il s’agit, dans une localité de Sologne, de présenter au grand public une saison avec tout ce qui se passe dans la nature à ce moment-ci. Cette manifestation évoluera par la suite pour devenir la Fête de la Nature. La même année, l’association participe à la réalisation d’un atlas des mammifères en région Centre, lancé par Nature Centre. Ce travail s’achèvera en 1996, et conduira à la publication par SNE d’un pré-atlas des mammifères de Sologne.
Au cours de ces années 1990-1991, l’idée d’un « Observatoire Permanent du Patrimoine Naturel en Sologne » s’active et les discussions, propositions et explications sont ouvertes en vue de la création d’un PNR (Parc Naturel Régional) de la Sologne. L’objectif est de mettre en place un suivi quantitatif et qualitatif des paysages englobant la faune, la flore et l’évolution agricole.
En 1992, la mise en place d’un « contrat vert » avec le Conseil Régional permet l’embauche de Jean-Michel Serveau comme animateur permanent. Cependant, les difficultés de trésorerie sont réelles et perdurent malgré le soutien de nombreuses communes. En parallèle, l’association manifeste ses inquiétudes en ce qui concerne le Plan d’Environnement Sologne, proposé par le Syndicat de Sologne, qui semble valoriser la région uniquement à travers la chasse et néglige la question des enclosures excessives. Si SNE n’est pas opposée à la chasse, elle se bat pour la sauvegarde et la pérennisation des espèces et pour que la réglementation soit respectée. Dans ce cadre, l’association apporte sa contribution à la rédaction du Plan d’Environnement Sologne et milite pour sa bonne mise en œuvre. SNE émet également ses inquiétudes concernant la question des décharges en Sologne pour laquelle elle réaffirme son attachement à une gestion contrôlée des déchets.
En 1993, l’association remet par l’intermédiaire d’Alain Beignet un rapport à la Conférence Régionale de l’Environnement en vue de développer un tourisme rural, publie sa synthèse des observations de mammifères de Sologne de 1986 à 1992 et commence à participer activement au Conseil Scientifique et aux réunions du Conservatoire Régional du Patrimoine Naturel de la Région Centre (devenu par la suite Conservatoire d’Espaces Naturels Centre - Val de Loire).
En 1994, Hubert Morand prend la succession d’Alain Beignet qui avait repris le poste de Président laissé vacant par Alain Callet. De nouvelles difficultés financières touchent l’association, l’obligeant à licencier son chargé de mission (aide espérée et non obtenue et retards de l’État pour les remboursements des sommes engagées pour les objecteurs de conscience). S’établit alors une ferme rigueur de gestion et la mise en informatique de la comptabilité.
En 1995, SNE se redresse financièrement grâce notamment à une seconde tranche de « contrat vert » avec le Conseil Régional et des subventions communales qui permettent à l’association de recruter trois nouveaux salariés et d’accueillir quatre stagiaires. Concernant les activités, l’association participe notamment aux Journées nationales de l’Environnement et réalise une exposition des différents milieux solognots faite au travers des sentiers-nature ainsi qu’une exposition sur les oiseaux de Loire.
En 1996, SNE compte quatre permanents à temps plein et plus de 200 adhérents. Un nouveau groupe botanique est constitué par des étudiants, quelques initiés et de nombreux de débutants. Toujours actif, son objectif n’est pas tant de dresser un inventaire que d’étudier les plantes par familles ou par sites. En parallèle, SNE remet un important rapport sur l’inventaire du patrimoine naturel de Chambord ainsi qu’un inventaire faune-flore sur la commune de Nançay, dans le cadre d’une étude d’impact.
En 1998 vont réapparaître les difficultés financières. Elles vont contraindre l’association à licencier 2 permanents importants. Nature Centre, le Centre d’Animation et de Loisirs (CAL) de Nouan-le-Fuzelier et l’Union pour la Culture Populaire en Sologne (UCPS) vont alors aider SNE en prêtant les fonds nécessaires à la survie de l’association. L’année 1998 marque également l’essor des camps naturalistes organisés par SNE. Ils permettent l’observation systématique de nombreux étangs (250 étangs visités dans l’année) et de préciser les sites de nidification de la Guifette moustac, du Busard des roseaux et du Balbuzard pêcheur.
En 1999, l’association fait appel au nouveau dispositif des emplois jeunes pour embaucher deux animateurs nature, permettant ainsi de proposer un plus grand nombre d’animations de découverte du patrimoine naturel de Sologne et d’actions de sensibilisation à la protection de la nature (elles passent de 90 demi-journées en 1995 à 240 demi-journées en 1999). SNE est également missionnée par la DIREN Centre pour réaliser des inventaires et des recherches bibliographiques des habitats naturels et habitats d’espèces d’intérêt européen de la Sologne des Étangs et de la Sologne de l’Est au titre des annexes I et II de la directive habitats. Enfin, l’année 1999 voit le déménagement des bureaux de l’association au Parc de Beauvais à Romorantin-Lanthenay, « capitale » de la Sologne, pour à l’avenir toucher un plus large public.
En 2000, une nouvelle équipe de sept permanents se constitue autour du nouveau Directeur Maurice Sempé. L’universitaire bio-géographe Bertrand Sajaloli devient le nouveau Président. SNE participe à l’inventaire des rapaces nicheurs de France ainsi qu’à celui des mollusques dans le Loir-et-Cher (par l’intermédiaire de Jean-Pierre Brault et en collaboration avec Michel Gervais, membre de Perche Nature). L’association s’implique aussi dans des formations d’animateurs en liaison avec « Familles rurales » et qui se poursuivront avec le GRAINE Centre.
Les années suivantes se montreront tout aussi positives pour SNE avec une augmentation du nombre des adhérents, un budget autour de 250 000 euros et le renouvellement du parc informatique. L’association met alors en place un dispositif de conventions partenariales et d’associations correspondantes pour s’allier avec des associations plus petites comme l’Association pour la Sauvegarde de la nature et de la Qualité de Vie de Gièvres. Elle crée aussi un « Collectif Chemins », qui regroupe 17 structures concernées et de nombreux particuliers autour de la défense et la promotion des chemins ruraux de Sologne. Dans le cadre de ses activités naturalistes, SNE définit une première cartographie des amphibiens de Sologne après de nombreuses études et observations. L’association prépare aussi la publication de l’inventaire des mollusques du Loir-et-Cher, poursuit ses repérages et comptages de chiroptères et propose l’aménagement de sites de préservation en vue du projet de l’autoroute A 85.
L’année 2003 est marquée par le départ de Bertrand Sajaloli et le retour d’Alain Beignet comme Président, après une période d’Intérim assurée par Hubert Morand. SNE développe un pôle ressources nature au Parc de Beauvais à Romorantin-Lanthenay, dans le cadre d’un Contrat Vert qui propose différents programmes d’animation et de sensibilisation à la nature (dont des interventions en milieu carcéral qui vont permettre à une quinzaine de personnes de s’engager dans une formation de sensibilisation à l’environnement). L’association s’engage aussi en liaison avec le musée de Sologne à Romorantin- Lanthenay, une valorisation du fonds Émile Martin en vue d’une présentation au public [1].
En 2004, SNE fête son vingtième anniversaire malgré des incertitudes budgétaires dues notamment à la fin du dispositif « Emplois Jeunes ». Pour autant, l’association organise la première édition du Salon des Eco-consom’acteurs qui se déroule dans le Parc de Beauvais à Romorantin-Lanthenay. C’est aussi l’année où Maurice Sempé quitte son poste de Directeur et où Pierre Havard remplace Alain Beignet comme Président.
Une période de transition débute alors à la tête de SNE. En 2005, Thierry Cherrier devient le nouveau Directeur, lequel sera remplacé par Patrice Devineau en 2006. Toujours en 2006, l’association réalise un inventaire des espèces de chiroptères présentes sur la réserve naturelle de la Vallée de Grand Pierre et Vitain et se dote d’une grande exposition intitulée « Le Patrimoine naturel de Sologne : une richesse à transmettre » (40 panneaux), qui a été présentée à travers la Sologne et a été accompagnée d’une conférence-débat. En 2006 et 2007, SNE participe à l’édition de deux ouvrages en partenariat avec les autres associations naturalistes du Loir-et-Cher, : « L’Atlas de l’Avifaune de Loir-et-Cher » et « Les oiseaux du Loir-et-Cher ». En 2007, l’association est sollicitée et missionnée à de multiples reprises pour la réalisation d’études (réalisation d’Indices Ponctuels d’Abondance des passereaux sur la Réserve de chasse de Malzone à Millançay pour l’ONCFS, étude complémentaire pour la définition de la ZPS « Étangs de Sologne » pour la DIREN, ou encore suivi des oiseaux des grandes cultures pour le ministère de l’agriculture). En 2007 et 2008, SNE réalise également une étude approfondie sur la présence de la Loutre sur tous les cours d’eau de Sologne et leurs affluents et une muséographie pour la Maison de la Nature et de l’Eau à Chalette-sur-Loing.
Depuis, l’association s’est redressée face à ses difficultés financières en continuant de développer les activités d’études et les animations.
2.3. Lieu
23, Route de Selles
41200 Romorantin-Lanthenay
2.4. Statuts juridiques
Association loi 1901.
2.5. Fonctions et activités
Sologne Nature Environnement, conformément à son objet social, se consacre à l’étude, à la sauvegarde et à la valorisation du patrimoine naturel de Sologne. Elle privilégie la concertation entre tous les acteurs et s’efforce de rechercher l’intérêt général lié à la protection de l’environnement. Elle œuvre pour un avenir durable de la Sologne, en cherchant à concilier dans la mesure du possible les problématiques économiques, sociales et environnementales, en s’assurant que la dimension environnementale de ce triptyque ne soit pas laissée pour compte.
À ces fins, Sologne Nature Environnement réalise de nombreuses actions concernant tout particulièrement :
La connaissance du patrimoine naturel de la Sologne et les diagnostics environnementaux
Depuis sa création, SNE a mis en œuvre un inventaire des richesses naturelles de la Sologne qui est le fruit du travail de ses bénévoles et de ses salariés. L’association réalise alors des études et des diagnostics, des suivis faunistiques (ornithologie, entomologie, mammalogie, herpétologie, malacologie) et floristiques, étudie les habitats et les écosystèmes de Sologne, et elle participe également à divers programmes scientifiques nationaux et internationaux (WETLANDS International) afin de préconiser des modalités de gestion appropriées dans l’esprit d’un développement durable.
La sensibilisation et l’éducation à la nature et à l’environnement
Par l’intermédiaire de son équipe d’animateurs, SNE propose des activités pédagogiques à destination des scolaires et des sorties nature pour tous à la découverte de l’environnement et du patrimoine naturel solognots. L’objectif est également de rendre accessible et de partager ce patrimoine naturel très privatisé. L’association sensibilise chaque année environ 10 000 personnes, dont près de 7 000 scolaires, et s’investit en faveur de la valorisation éco-touristique du patrimoine naturel de Sologne.
Les expertises-conseils, la participation au débat public et les actions à vocation territoriale
SNE veille à ce que l’aménagement du territoire et les politiques publiques tiennent compte des préoccupations environnementales. En tant que membre affiliée à France Nature Environnement et association de protection de la nature et de l’environnement, SNE prend position dans le débat public en participant à de nombreuses commissions départementales, régionales, et nationales, liées tout particulièrement à l’aménagement durable du territoire et à l’environnement. Elle accompagne également les collectivités locales et des acteurs du secteur privé en mettant à disposition ses compétences juridiques, scientifiques et techniques, notamment dans le cadre de conventions partenariales (exemple : conventions de gestion de sites avec les communes). SNE mène aussi de nombreuses actions à vocation territoriale, telles que :
Participation aux opérations « Objectif Zéro Pesticides » et « Jardins au Naturel »,
Participation à des salons,
Organisation d’une fête de la nature devenue par la suite Salon des Eco-consomm’acteurs (arrêtée au début de la décennie 2010),
Organisation et participation au salon du champignon en octobre (avec accueil du congrès national de mycologie en 2017).
L’information, la diffusion des connaissances et la formation du public et des acteurs socio-économiques
SNE met à disposition sa documentation bibliographique, iconographique et informatique sous forme d’un Pôle Ressource Nature. Elle publie des ouvrages et son bulletin « Sologne Nature Infos » (4 fois par an, existe depuis la création de l’association) pour partager et diffuser les connaissances. SNE réalise également des expositions, publie des documents pédagogiques, créée et aménage des sentiers d’interprétation et organise des manifestations, des conférences et des colloques. Les permanents assurent régulièrement l’encadrement de stages pour la formation des étudiants (scolaires, universitaires).
2.6. Textes de référence
Statuts
2.7 Organisation interne
Sologne Nature Environnement se réunit une fois par an en Assemblée générale. L’association dispose d’un Conseil d’administration, composé actuellement de :
Président : Emmanuel Regent
Trésorier : Didier Roux
Secrétaire : François Grison
Autres membres : Stéphane Baldeck, Francine Carton, Pierre Havard, Jean-Marie Ravel, Michel Roubalay, Samuel Senave, Thomas Thevenet.
SNE dispose également d’une équipe de 10 salariés permanents (les trois-quarts sont des animateurs nature, deux chargés de missions naturalistes, une chargée de mission environnement, un chargé de communication et un comptable), des stagiaires et des services civiques. L’actuel Directeur est Patrice Devineau.
L’association fait appel à un commissaire aux comptes et un expert comptable.
SNE compte aussi sur le soutien de 300 adhérents (60 à 80 bénévoles actifs) répartis sur les trois départements qui composent la Sologne.
3. Zone des relations
3.1. Collectivités, personnes ou familles associées
Sologne Nature Environnement entretient ou a entretenu les relations suivantes :
- Monde associatif (partenariats et associations amis), dont : France Nature Environnement (FNE) (affiliation par l’intermédiaire de son adhésion à la fédération régionale France Nature Environnement Centre – Val de Loire), Graine Centre (membre actif et administrateur du réseau), l’Union pour la Culture Populaire en Sologne (UCPS), les associations membres de FNE Centre – Val de Loire (notamment, Nature 18, Eure&Loir Nature, Loiret Nature Environnement, le CDPNE, Loir-et-Cher Nature, la Ligue pour la Protection des Oiseaux de Touraine et Perche Nature), Conservatoire d’Espaces naturels Centre – Val de Loire.
- État et collectivités (partenariats, financements), dont : services déconcentrés de l’État (dont DREAL et anciennement DIREN), Région Centre – Val de Loire, Conseil départemental de Loir-et-Cher, communes (dont Romorantin-Lanthenay), l’Agence régionale de santé (prestations, partenariats, IBC).
- Membre de commissions et participant à différents programmes, dont : Syndicat de la Sologne, Plan d’Environnement pour la Sologne, Pays d’accueil Sologne, commissions de la Conférence Régionale de l’Environnement pour un développement durable, Comité de programmation LEADER et Charte Forestière du Pays de Grande Sologne, Comité de pilotage Natura 2000 et directive Habitats, Conseil de développement des Pays Grande Sologne, Romorantinais et du Monestois, Sologne Val Sud, Châteaux et Sancerre Sologne, Conseil départemental d’hygiène de Loir-et-Cher (devenu CODERST), Commission Locale d’Information (CLI) pour le démantèlement de St-Laurent-des-Eaux, CLI sur les grands équipements énergétiques du Loir-et-Cher (Centrale de Saint-Laurent-des-Eaux et Centre de stockage de gaz de Chémery), Comité Régional du Tourisme et des Loisirs, Commission Locale de l’Eau du SAGE Sauldre, Comité de pilotage du Syndicat du Cosson, Syndicat d’entretien du Bassin du Beuvron, Mission Inter-Services de l’Eau, Commission pour l’inventaire des Espaces Naturels Sensibles du Loiret-Cher, Commission de nomination des commissaires enquêteurs.
- Secteur privé, entreprises (accompagnement, sensibilisation), dont : accompagnements de chantier avec Cofiroute.
- Divers : Agences de l’eau, Maison du braconnage, La Maison des étangs, la société Française d’orchidophilie.
4. Zone du contrôle
4.1. Identification de la notice d’autorité
Auteur : Association Histoire de la Protection de la Nature (AHPNE).
4.3. Règles ou conventions
ISAAR (CPF).
4.6. Dates de création, de révision ou de dissolution
Décembre 2018.
4.7. Langue(s) et écriture(s)
Français
4.8. Sources
Patrice DEVINEAU, Directeur et coordinateur de Sologne Nature Environnement.
« Sologne Nature Environnement 1984-2009 : 25 ans d’actions en faveur de l’environnement en Sologne »
Site : https://www.sologne-nature.org/

Présentation du contenu conservé par Sologne Nature Environnement (SNE) :
Création :
Récépissé de la déclaration des statuts et enregistrement au Journal officiel (1984).
Administration et composition :
Assemblée générale (1985-2012) : comptes rendus (1985-1992), rapports d’activité (1998-2012) ;
Conseil d’administration (1988-1996) : comptes rendus des réunions et enregistrements audio en cassette ;
Fichier des adhérents (1984-2018) ;
Adhésions (1984-1986).
Correspondance :
Courriers (dont chronos) (1984 - vers 2003).
Personnel :
Salaires, charges et cotisations ;
Objecteurs de conscience (avec candidatures) ;
Stagiaires ;
Services civiques ;
Emplois jeunes ;
Fiches horaires des salariés.
Comptabilité :
Comptabilité générale (1984-2017) (environ 19,0 ml). - Grands-Livres, facturiers, factures (fournisseurs, clients, animations, prestations diverses), adhésions, pièces justificatives, comptes bancaires, subventions.
Fonctionnement et activités :
Dossiers isolés de Direction (0,50 ml) ;
Contrats verts (décennie 1990) : dossier de projets ;
Études (environ 15,0 ml). - Faune-flore (avec documentation et données de terrain et recensements), dont : loutres (0,60 ml), amphibiens, oiseaux, odonates ; inventaires ZNIEFF (0,50 ml), Plans d’Occupation des Sols (POS) ; études d’impacts ; zones humides ; sites (avec atlas et enrichissement des bases de données) ;
Inventaires de biodiversité communale (IBC) ;
Dossiers sur les infrastructures de transport : Ligne à grande vitesse (LGV) Paris-Lyon (0,10 ml), Dossiers Autoroute A 85 (0,20 ml) et Autoroute A 71 ;
Dossier contre le projet « les Veillas » au sujet d’un passage pour les cervidés (0,20 ml) ;
Dossier agriculture ;
Suivi Natura 2000 ;
Animations thématiques (dont astronomie, faune-flore, l’eau, la Loire, alimentation, le jardin potager, le bruit, la foret) (1993-2018) (environ 6,50 ml) : dossiers de travail (avec supports) (4,0 ml), dossiers des partenaires (dont graines), programmes (1,0 ml), bilans, projets, propositions, devis, factures ;
Outils pédagogiques (1,0 ml) ;
Tourisme (0,80 ml) : études, bilans, documentation ;,
Manifestations, organisation, participation (décennie 1990) (1,0 ml), dont.- « Journée de l’environnement », sentiers nature (maquette), « Fêtes du printemps » (été, automne, hiver) ;
Consultations (2013-2015) (0,40 ml) ;
Relation avec le Graine Centre (décennies 2000-2010) (0,20 ml) : participation aux Conseils d’administration (notes), aux ateliers, dossiers réseau ;
Participation aux commissions (dont sur les déchets) (2,0 ml) ;
Affaires juridiques (1,50 ml) (dont POS, rapports d’activités d’usines).
Documentation :
Publications de SNE (environ 7,50 ml) : bulletin « Sologne Nature Infos » (1984-2018) (108 numéros) ; « Sologne Nature Infos : hors séries », prospectus (dont lettre d’information « Objectif zéro Pesticide »), brochures (dont « baromètre de la nature »), ouvrages, plaquettes et affiches ;
Maquettes de bulletins et publications de l’association (vers décennie 1990) ;
Publications extérieures à SNE (environ 15,0 ml). - Revues extérieures à l’association concernant principalement la Sologne (dont : « Les naturalistes Orléannais », « le Courrier de la nature », « Le journal de la Sologne », le « bulletin de la Société d’étude de la protection de la nature de Loir-et-Cher » (SEPNLC) / « Loir-et-cher nature » (1973-2010)) (4,0 ml) ; ouvrages relatifs à la faune et à la flore (dont atlas des oiseaux) (5,0 ml) ; Publications thématiques (dont pêche, jardin, écologie, réglementation) (3,0 ml) et documentation thématique (dont mycologie, botanique, forêt, espace naturel, zones humides, herpétologie, ornithologie, énergie, Parcs Naturels Régionaux (PNR), eau, POS, chasse, air, nucléaire) (3,0 ml) ;
Panneaux d’expositions de SNE ;
Dossiers et communiqués de presse (décennie 1990) ;
Revues de presse (1984-1993) ;
Coupures de presse (0,20 ml) ;
Diapositives faune-flore (0,70 ml) ;
Cartes des chemins communaux (0,60 ml) : classeurs ;
Cartes IGN ;
Documentation diverse (décennie 1990-2018).

Identification du fonds et conditions d’accès :
Dates extrêmes

1984-2018
Métrage linéaire conservé
environ 97 ml
Stockage bureautique conservé
Environ 1, 33 To. Stockage des archives électroniques sur un serveur dédié avec sauvegardes fréquentes, comprenant notamment, les courriels, une photothèque, les dossiers courant en fonction du poste et/ou de la mission, et les dossiers archivés
Accroissement
Fonds non clos.
Mode de classement et état de conservation.
Les archives se trouvent dans un environnement sain et sont dans un très bon état de conservation. Une pièce sert de local de stockage pour les fonds les plus anciens de l’association pour un volume estimé à 50,0 ml, lesquels sont conditionnés et identifiés. Les autres fonds d’archives sont répartis dans les différentes pièces de l’association selon leur utilité ou typologie.
Localisation physique
23, Route de Selles
41200 Romorantin-Lanthenay
Modalités d’accès
Sur demande :
Courriel : info@sologne-nature.org
Tél. :02.54.76.27.18
Patrice DEVINEAU (coordinateur, dir.) :
Courriel : Patrice.devineau@sologne-nature.org