1971 - 2021 : Les 50 ans du ministère
de l'environnement

Présentation

Historique

Thématiques

Carte

Galerie

Ressources

Actualités
MENU


Fonds de la Société d’agriculture de l’Indre, 1723-2001

Précedent Suivant

Don des dossiers aux Archives départementales de l’Indre

Fonds de la Société d’agriculture de l’Indre (essentiellement bibliothèque), 88 J

Cotes extrêmes
88 J 1-196

Dates extrêmes
1723-2001
Présentation du contenu
La Société d’agriculture de l’Indre résume l’histoire agricole de notre département aux XIXe et XXe siècles. Fondée en 1801 par le préfet Jean-Baptiste d’Alphonse, elle a toujours eu l’appui des pouvoirs publics et des propriétaires soucieux de faire progresser leurs exploitations. Les présidents sont des hommes d’influence, du marquis de Barbançois, qui avait participé aux instances locales au début de la Révolution, et du républicain " de vieille roche " Duris-Dufresne, au baron Raoul d’Astier de La Vigerie et à ses successeurs, jusqu’au regretté Hubert Joffre, la galerie de leurs portraits est conservée dans les réserves du musée. L’apothéose de l’association peut se situer en 1901 lorsqu’elle fête par des cérémonies grandioses, par un monument dû au talent de Nivet, et par un bulletin copieux - et après des repas également copieux ! - son centenaire. La mésentente due au zèle républicain du préfet Liégey (1898-1907) qui soutient les syndicats des éleveurs et des agriculteurs contre la Société d’agriculture, jugée réactionnaire, est de courte durée. La guerre mondiale va montrer l’utilité de la Société d’agriculture. Mais l’Etat a mis alors en place une économie dirigée et s’est intéressé de plus près aux agriculteurs. La nécessité d’une structure représentative basée sur l’élection aboutit à la création des chambres d’agriculture, en projet au XIXe siècle, et qui ne voient le jour qu’en 1927, en vertu d’une loi de 1924. Dès lors, bien que, avec Henri Ratouis de Limay, elle soit en phase avec le régime de Vichy et la Corporation paysanne ou par cette raison même, la Société d’agriculture décline, elle doit changer de siège, et perd au passage une partie de ses archives et de sa bibliothèque. Un homme passionné la maintient encore avec dévouement, son dernier président, Hubert Joffre, qui sauvegarde dans les locaux précaires du silo de Belair ce qui reste des livres et des papiers ; cet habitué des brocantes achète des documents dont il remplit même son domicile, organisant des expositions pédagogiques.
Mais sentant la maladie, Hubert Joffre a voulu que ses efforts ne fussent pas vains. Il a pu compter sur le dévouement de Mme Hélène Studert, qui a rassemblé l’ensemble du fonds et l’a transporté et fait transporter en sûreté aux Archives départementales. Maintenant les chercheurs disposent, grâce à elle et au travail de classement réalisé aux Archives, d’un instrument de recherche qui permet la consultation en salle de lecture d’une documentation agricole considérable, du Théâtre d’Agriculture d’Olivier de Serres (dans une édition du début du XIXe siècle), en passant par les travaux des physiocrates comme l’abbé Rozier et Duhamel du Monceau ou les économistes du XIXe siècle comme Borie ou Briaune, jusqu’à des travaux contemporains. La dernière date de publication relevée est 1996. Il reste à formaliser entre le successeur d’Hubert Joffre et le Conseil général de l’Indre ce dépôt conséquent pour assurer la pérennité de la mémoire de la Société d’agriculture de l’Indre.
Les publications
La Société a diffusé une publication régulière, successivement dénommée Éphémérides de la Société d’Agriculture de l’Indre (1806-1859), Annales de la Société d’Agriculture de Châteauroux (1860-1869), Annales de la Société d’Agriculture de l’Indre (1870-1875), et Bulletin de la Société d’Agriculture de l’Indre (1876-1939). Elle a aussi publié un annuaire.
Bibliographie
Jean-Pascal Simonin : " Les agronomes-économistes de la Société d’agriculture de l’Indre ", in Jean-Edmond Briaune, cultivateur, agronome, économiste, Presses de l’université d’Angers, 2006, p. 331-364.
Modalités d’entrée
don
Conditions d’accès
Archives librement communicables conformément à la loi n° 2008-696 du 15 juillet 2008.
Conditions d’utilisation
Libre sous réserve de leur état de conservation et de leur format.
Lieu de conservation
Archives départementales de l’Indre